L’UE souhaite-t-elle imposer une interdiction de réparation des voitures anciennes ?
Voitures anciennes L’UE souhaite-t-elle imposer une interdiction de réparation des voitures anciennes ?

L’UE souhaite-t-elle imposer une interdiction de réparation des voitures anciennes ?

L’UE souhaite-t-elle imposer une interdiction de réparation des voitures anciennes ?

De nos jours, la désinformation se propage rapidement sur Internet. Un exemple récent est le débat autour d'une proposition de l'Union européenne traitant du traitement et de l'élimination des véhicules en fin de vie. Des affirmations circulent sur les réseaux sociaux et sur certains blogs selon lesquelles l'UE envisage d'interdire la réparation des voitures anciennes, voire d'ordonner la mise à la casse forcée des voitures classiques. Mais que contenaient réellement les propositions de l’UE de juillet 2023 et dans quelle mesure affectent-elles les véhicules anciens ?

À propos : il y a beaucoup de choses que la plupart des gens ignorent, surtout en ce qui concerne les voitures. Par exemple, quelles plaques d'immatriculation sont interdites en Allemagne et que signifient exactement les codes numériques sur les plaques d'immatriculation diplomatiques. De nombreux conducteurs se sont également interrogés sur les autocollants bleus sur les voitures et sur la raison pour laquelle nous conduisons sur la voie de droite en Allemagne.

L’UE veut-elle vraiment interdire la réparation des voitures anciennes ?

Le 13 juillet 2023, la Commission européenne a présenté de nouvelles propositions visant à mettre à jour la réglementation existante sur les véhicules hors d'usage et leur recyclabilité. Le principal moteur de ces propositions est la volonté de lutter contre les abus dans l'élimination des voitures usagées tout en promouvant la protection de l'environnement et l'utilisation efficace des ressources. Un problème clé que la Commission européenne souhaite résoudre semble être l’exportation illégale de véhicules qui devraient en fait être considérés comme des déchets mais qui sont plutôt vendus comme voitures d’occasion vers des pays extérieurs à l’UE. Cette pratique contourne les lois européennes sur l’élimination écologiquement rationnelle des véhicules hors d’usage et entraîne des risques environnementaux et sanitaires dans les pays importateurs.

Selon la communication et le texte de la proposition, les propositions de la Commission européenne comprennent diverses mesures qui s'étendront aux voitures et progressivement aux motos, aux camions et aux bus. Un aspect clé est la définition exacte de ce qui est considéré comme une « voiture indésirable ». Un véhicule doit donc être considéré comme de la ferraille si, par exemple, il a été démonté en ses différentes parties ou s'il ne reste aucune pièce individuelle autre que la carrosserie. Les véhicules complètement incendiés ne doivent plus être considérés comme des voitures d’occasion.

Un point central des propositions – et ici les amateurs de voitures classiques qui craignaient pour leurs pièces préférées doivent être rassurés – est l'exception explicite pour les véhicules historiques. Sont considérées comme véhicules d'intérêt historique les voitures mises en circulation il y a au moins 30 ans, qui ne sont plus produites sous cette forme, qui sont en grande partie dans leur état d'origine et qui sont bien conservées. Selon le souhait de l'UE, ils devraient être exclus de la nouvelle réglementation.

Avec son projet, la Commission européenne vise également à renforcer l’économie circulaire dans l’industrie automobile. Cela comprend des mesures visant à rendre les véhicules plus faciles à réparer et à démonter. Les constructeurs automobiles devraient être tenus de fournir des instructions détaillées aux démonteurs afin de faciliter la réutilisation et le recyclage des pièces des véhicules. En outre, les fabricants devraient être rendus plus responsables afin de promouvoir une utilisation plus durable des ressources et de réduire la dépendance aux matières premières importées.

Dans ce contexte, les vieux véhicules devraient être éliminés de manière respectueuse de l'environnement et la réutilisation de leurs matériaux devrait être maximisée.

“Mise au rebut forcée” et “expropriation” : sentiment contre le nouveau projet de l'UE

Après la publication du projet, des affirmations ont circulé sur les réseaux sociaux et sur certains blogs selon lesquelles l'UE envisageait d'interdire la réparation des voitures anciennes et d'ordonner la mise au rebut forcée des voitures classiques. Un exemple d’une telle désinformation est un article de blog qui prétend que l’UE veut « abolir les droits de propriété des propriétaires de véhicules » et « mettre au rebut de force les véhicules historiques ». Cependant, ces affirmations ne sont pas exactes.

Par exemple, le Agence de presse allemande (dpa) Cela a déjà été réfuté lors d'une vérification des faits et a précisé que les règles européennes proposées excluent explicitement les voitures classiques et que les propriétaires de véhicules continueront à pouvoir décider fondamentalement de ce qu'ils veulent faire de leur voiture à l'avenir. Les droits de propriété ne sont pas affectés. Les propositions visaient plutôt à lutter contre les abus dans l'élimination des voitures usagées et à renforcer l'économie circulaire, mais pas à mettre à la casse des véhicules intacts ou ayant une valeur historique. C'est également ce que confirme le président du groupe parlementaire pour les biens culturels automobiles au Bundestag allemand et président du groupe parlementaire CDU/CSU au sein de la commission juridique, Carsten Müller, sur son site Internet :

“Les auteurs du projet de règlement ont délibérément exclu les voitures anciennes du champ d'application en incluant explicitement les véhicules historiques dans les exceptions du chapitre 1, article 2, n° 2d. (…). Personne n'est obligé de mettre à la casse son véhicule de collection à la “Nous craignons que le règlement final ne soit rédigé.”

Les informations qui circulent en ligne sont des fausses nouvelles fausses et inexactes, écrit le député du Bundestag. Une « ambiance ciblée » se crée contre l’UE.

Cependant, en ce qui concerne les voitures d'occasion, les nouvelles réglementations pourraient rendre plus difficile pour les propriétaires de maintenir leurs véhicules en état de marche et réparés s'ils sont jugés « irréparables » ou « polluants ». Selon les critères de l'UE, par exemple, un véhicule est considéré comme un véhicule hors d'usage s'il a été démonté en ses différentes parties ou démonté. Le cas est tout aussi évident lorsqu'un véhicule a brûlé au point que le compartiment moteur ou l'habitacle a été détruit. Ces critères sont clairement définis dans les annexes des propositions de l'UE et laissent peu de place à l'interprétation.

Projet de l'UE sur les véhicules hors d'usage : quand faut-il se débarrasser d'une voiture ?

Toutefois, certains aspects des propositions offrent davantage de possibilités d'interprétation. C'est le cas, par exemple, si un véhicule a été soudé ou scellé avec de la mousse isolante. Dans un « catalogue préliminaire de critères pour les véhicules en fin de vie », la Commission européenne a défini des facteurs supplémentaires qui sont utilisés pour déterminer si un véhicule d'occasion doit être classé comme véhicule en fin de vie.

Un aspect particulièrement intéressant est la réglementation relative au contrôle technique. Un véhicule peut donc être classé comme véhicule hors d'usage s'il n'a pas été soumis à un contrôle technique national, comme le TÜV en Allemagne, depuis plus de deux ans. Cela signifie que les propriétaires de voitures de collection comme d'occasion doivent veiller à ne pas négliger le contrôle technique régulier de leur véhicule afin d'éviter les risques de panne ou de classement de leur véhicule comme véhicule en fin de vie. Une fois ce classement effectué, cela signifie généralement que le véhicule n'est plus immatriculé à la circulation routière. Le résultat serait alors « l’élimination respectueuse de l’environnement » souhaitée par l’UE.

Mais en conclusion, il convient de dire : les propositions de la Commission européenne ne sont que des suggestions. Dans une prochaine étape, la proposition sera soumise au Parlement européen et au Conseil pour discussion et vote. Au cours de ce processus, les États membres et le Parlement auront une nouvelle opportunité de proposer des modifications et de négocier le texte final du règlement. Aucune décision définitive n'a encore été prise sur cette question.

À propos : si vous vous demandez pourquoi votre voiture consomme régulièrement beaucoup d'essence ou de diesel, cela ne doit pas nécessairement être dû à l'usure : les barres de toit et le style de conduite peuvent également contribuer à une consommation élevée. Si vous souhaitez conduire votre voiture en toute sécurité, vous devez également connaître et surveiller les panneaux d'avertissement les plus importants présents dans la voiture, à savoir les voyants lumineux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Post